Des experts du Monde entier se sont réunis au Gabon pour proposer des stratégies et des outils d’anticipation et de prévention de l’émergence des maladies infectieuses.
Friday, 25 November 2023

 

Le Centre International de Recherches Médicales de Franceville, sous le Haut patronage de la Présidence de la République Gabonaise, en partenariat avec la France, organisait ce premier symposium qui s’est tenu les 4 et 5 novembre dernier à l’Institut Français du Gabon, à Libreville. Près de 250 personnes ont largement représenté la communauté scientifique internationale, régionale et nationale, offrant des échanges fructueux.

Les maladies nouvelles ont quadruplé au cours des cinquante dernières années et certaines sont devenues des questions majeurs de santé publique (ex. : SIDA, Grippe AH1N1, Fièvres hémorragiques Ebola ou Lassa, encéphalites West Nile, etc.). L’apparition d’une maladie infectieuse est un phénomène complexe qui résulte de l’interaction entre trois facteurs : l’hôte, l’agent pathogène et l’environnement. Les changements environnementaux (humains, sociaux-économiques, ou physiques, climat, catastrophes naturelles) jouent un rôle majeur dans l’accélération des émergences de maladies. La biodiversité, joue un rôle non moins important par la variété des pathogènes, de leurs hôtes et de la fréquence des échanges qui se produisent. En un demi siècle, 335 épisodes de maladies nouvelles sont notés, 60% venaient de la faune sauvage. Un de ces épisodes, plus fréquent depuis 25 ans, devenant pandémique réduirait de 1 à 5% le PIB mondial.

 


Pour mettre en valeur les mécanismes d’apparition des maladies infectieuses, d’en décrire les conditions de diffusion et d’étudier les dynamiques et stratégies de lutte, le symposium regroupait des experts internationaux, spécialistes en santé humaine et vétérinaire, environnementalistes, biologistes, climatologues, microbiologistes, épidémiologistes, spécialistes de santé publique, et des sciences humaines et sociales. Ils ont débattu sur les approches systémiques de compréhension et de lutte contre ces maladies, et sur la promotion d’un cadre indispensable de recherche et de veille sanitaire.
Ainsi, sur le plan des politiques scientifiques, ont été discutés  le rôle des centres de recherche, et le partenariat public-privé. De ce symposium, on retenait en priorité que :
- Les maladies nouvelles apparaissent sans cesse et se dispersent au niveau planétaire.
- Les environnements changeants (naturels ou anthropique) en sont les moteurs.
- La compréhension de la biodiversité est une nécessité pour une recherche explicative des maladies, elle constitue aussi un creuset, d’une part pour les agents pathogènes, leurs vecteurs et leurs hôtes, et d’autre part pour les microbes candidats vaccinaux.
- Veille et recherche sont intimement liées, elles constituent les stratégies de lutte les mieux adaptées, elles appellent à  favoriser les passerelles entre centres de veille et systèmes de santé, et cibler les zones à risque.
- Un partenariat transfrontalier et pluridisciplinaire sera garant de ces stratégies.
Ce symposium a été un réel succès pour le Gabon par la qualité des personnes présentes et la richesse des débats, il a été ouvert et clôturé par Monsieur le Ministre en Charge de la Recherche s’exprimant au nom du Gouvernement Gabonais, dont on a retenu les conclusions et quelques points d’importance :
- L’exemplarité des choix du Gabon dans son soutien au CIRMF, ce symposium organisé par le CIRMF a confirmé sa position d’acteur international de pointe sur ces thématiques et se présente comme un modèle de développement durable.
- Le renforcement des missions dont le CIRMF qui se place en amont des pandémies avec ses actions de prévention à la fois pour la santé publique et en termes de recherche.
- L’importance de la formation à l’excellence et la recherche universitaire : La transdisciplinarité qui a prévalu tout au long de ce symposium montre la voix à suivre et rend de nouveaux partenariats possibles, entre différents acteurs et disciplines, comme souhaité lors des Etats généraux de l’éducation en 2010. Le «  Prix jeune chercheur, Ali Bongo Ondimba» présenté par Madame Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine, remis par Monsieur le Ministre à un jeune chercheur Camerounais, montre le soutien dont le Gabon fait preuve pour l’éducation et la formation.
- L’inscription de ces thématiques dans le cadre de la politique du Gabon Vert  et son lien avec l’engagement gabonais de longue date sur les questions de changements climatique et de biodiversité.
- La valorisation du rôle du Gabon dans la sous-région : Une dynamique régionale a été lancée. La mise en place d’un groupe de travail sur ces thématiques
Des experts du Monde entier se sont réunis au Gabon pour proposer des stratégies et des outils d’anticipation et de prévention de l’émergence des maladies infectieuses.
Le Centre International de Recherches Médicales de Franceville, sous le Haut patronage de la Présidence de la République Gabonaise, en partenariat avec la France, organisait ce premier symposium qui s’est tenu les 4 et 5 novembre dernier à l’Institut Français du Gabon, à Libreville. Près de 250 personnes ont largement représenté la communauté scientifique internationale, régionale et nationale, offrant des échanges fructueux. 
Les maladies nouvelles ont quadruplé au cours des cinquante dernières années et certaines sont devenues des questions majeurs de santé publique (ex. : SIDA, Grippe AH1N1, Fièvres hémorragiques Ebola ou Lassa, encéphalites West Nile, etc.). L’apparition d’une maladie infectieuse est un phénomène complexe qui résulte de l’interaction entre trois facteurs : l’hôte, l’agent pathogène et l’environnement. Les changements environnementaux (humains, sociaux-économiques, ou physiques, climat, catastrophes naturelles) jouent un rôle majeur dans l’accélération des émergences de maladies. La biodiversité, joue un rôle non moins important par la variété des pathogènes, de leurs hôtes et de la fréquence des échanges qui se produisent. En un demi siècle, 335 épisodes de maladies nouvelles sont notés, 60% venaient de la faune sauvage. Un de ces épisodes, plus fréquent depuis 25 ans, devenant pandémique réduirait de 1 à 5% le PIB mondial.Pour mettre en valeur les mécanismes d’apparition des maladies infectieuses, d’en décrire les conditions de diffusion et d’étudier les dynamiques et stratégies de lutte, le symposium regroupait des experts internationaux, spécialistes en santé humaine et vétérinaire, environnementalistes, biologistes, climatologues, microbiologistes, épidémiologistes, spécialistes de santé publique, et des sciences humaines et sociales. Ils ont débattu sur les approches systémiques de compréhension et de lutte contre ces maladies, et sur la promotion d’un cadre indispensable de recherche et de veille sanitaire. Ainsi, sur le plan des politiques scientifiques, ont été discutés  le rôle des centres de recherche, et le partenariat public-privé. De ce symposium, on retenait en priorité que : - Les maladies nouvelles apparaissent sans cesse et se dispersent au niveau planétaire.- Les environnements changeants (naturels ou anthropique) en sont les moteurs.- La compréhension de la biodiversité est une nécessité pour une recherche explicative des maladies, elle constitue aussi un creuset, d’une part pour les agents pathogènes, leurs vecteurs et leurs hôtes, et d’autre part pour les microbes candidats vaccinaux.- Veille et recherche sont intimement liées, elles constituent les stratégies de lutte les mieux adaptées, elles appellent à  favoriser les passerelles entre centres de veille et systèmes de santé, et cibler les zones à risque.- Un partenariat transfrontalier et pluridisciplinaire sera garant de ces stratégies. Ce symposium a été un réel succès pour le Gabon par la qualité des personnes présentes et la richesse des débats, il a été ouvert et clôturé par Monsieur le Ministre en Charge de la Recherche s’exprimant au nom du Gouvernement Gabonais, dont on a retenu les conclusions et quelques points d’importance : - L’exemplarité des choix du Gabon dans son soutien au CIRMF, ce symposium organisé par le CIRMF a confirmé sa position d’acteur international de pointe sur ces thématiques et se présente comme un modèle de développement durable. - Le renforcement des missions dont le CIRMF qui se place en amont des pandémies avec ses actions de prévention à la fois pour la santé publique et en termes de recherche. - L’importance de la formation à l’excellence et la recherche universitaire : La transdisciplinarité qui a prévalu tout au long de ce symposium montre la voix à suivre et rend de nouveaux partenariats possibles, entre différents acteurs et disciplines, comme souhaité lors des Etats généraux de l’éducation en 2010.

- L’inscription de ces thématiques dans le cadre de la politique du Gabon Vert  et son lien avec l’engagement gabonais de longue date sur les questions de changements climatique et de biodiversité.  

- La valorisation du rôle du Gabon dans la sous-région : Une dynamique régionale a été lancée. La mise en place d’un groupe de travail sur ces thématiques

 

 

Presentation of the CIRMF

The International Centre for Medical Research in Franceville (CIRMF) is a Gabonese Institute for research, training and support to healthcare systems. Although the initial research of the CIRMF was focused on parasitic diseases and human fertility, the research topics rapidly expanded to include other major health issues for Central Africa. Today, the Centre's activities are diversified and cover research in basic virology and epidemiology, parasitology, primatology, genetics, haematology and health ecology. Excellence is taught by encouraging the participation of young researchers, students, PhD students and post-docs from Gabon and around the world. The CIRMF researchers also teach in university settings. The CIRMF fulfils a fundamental mission to support public health at the national and international levels by sharing its expertise, from laboratory diagnostics to support for epidemic response interventions. The CIRMF celebrated its 30th anniversary on Feb. 5, 2009.