Glossaire

  • ADN chloroplastique

    constituant le génome des chloroplastes, transmis uniquement par les mères, très peu variable dans le temps, permet de suivre les lignées maternelles

  • ADN mitochondrial

    constituant le génome des mitochondries : transmis uniquement par les mères, très peu variable dans le temps, permet de suivre les lignées maternelles

  • Apoptose

    capacité d'induire une mort cellulaire programmée

  • Barrière hémo-méningée

    (BHM) : "barrière de séparation" entre le sang périphérique et le système nerveux central

  • Cellule endothéliale

    cellule spécialisée qui fait partie de la composition des vaisseaux sanguins

  • Cellules NK

    catégorie de cellules de l'immunité à fonction cytotoxique

  • Chloroplastes

    compartiments cellulaires chez les végétaux, chargés de la photosynthèse. Transmis uniquement par la mère.

  • Cytoadhérence

    capacité d'adhérer aux cellules, en particulier aux cellules endothéliales

  • Epitope

    fragment de protéine immunogène

  • Etude phylogénique

    étude de l'évolution génétique d'un être vivant (micro-organisme, végétal, animal)

  • Hépatocyte

    cellule spécialisée du foie

  • Hépatome

    cellule maligne issue du tissu hépatique

  • Isolat

    une souche de parasite qui a été isolé du terrain

  • Lits microvasculaires profonds

    les petits vaisseaux situés dans les tissus profonds et notamment le cerveau

  • Mitochondries

    compartiments cellulaires chez les animaux, chargés de la synthèse énergétique. Transmis uniquement par la mère.

  • Pathogénicité

    capacité à induire une pathologie

  • PBMC

    (Peripheral Blood Mononuclear Cell) cellules mononucléées du sang périphérique

  • Phénotypique

    lié à la structure

  • Phylogéographie

    analyse phylogénique prenant aussi en compte la répartition géographique des lignées étudiées

  • Primatologie

    étude des espèces de l’ordre des primates

  • Primatologue

    personne spécialisée dans la science des primates.

  • Réponse CTL

    réponse immunitaire à fonction cytotoxique

  • Réservoir

    espèce animale qui héberge pendant une longue période un agent pathogène

  • Trypanosomose

    maladie du sommeil

  • Chloroplast DNA

    constitutes the chloroplast genome: transmitted only by mothers, very little variation over time, makes it possible to track maternal lineages

  • Mitochondrial DNA

    constitutes the mitochondrial genome: transmitted only by mothers, very little variation over time, makes it possible to track maternal lineages

  • Apoptosis

    ability to induce programmed cell death

  • Blood-brain barrier Barrier (BBB)

    barrier between the peripheral blood and central nervous system

  • Endothelial cell

    specialized cell that is part of the composition of blood vessels

  • NK cells

    class of immune cells with a cytotoxic function

  • Chloroplasts

    cellular compartments in plants responsible for photosynthesis. Transmitted only by mothers.

  • Cytoadherence

    ability to adhere to cells, particularly endothelial cells

  • Epitope

    immunogenic protein fragment

  • Phylogenetic Study

    Development study of the genetic evolution of a living being (micro-organism, plant, animal)

  • Hepatocyte

    specialized liver cells

  • Hepatoma

    malignant liver tissue cell

  • Isolate

    a parasite strain isolated from the field

  • Deep microvascular beds

    small blood vessels in the deep tissues, in particular the brain

  • Mitochondria

    cellular structures in animals, responsible for energy synthesis. Transmitted only by mothers.

  • Pathogenicity

    ability to induce disease

  • PBMC

    peripheral blood mononuclear cells

  • Phenotypic

    related to the structure

  • Phylogeography

    analysis that also takes into account the geographical distribution of the lines studied

  • Primatology

    study of the species of the order of primates

  • Primatologist

    someone who specializes in the science of primates.

  • CTL response

    cytotoxic immune response

  • Reservoir

    animal species that hosts a pathogen over a long period

  • Trypanosomiasis

    sleeping sickness

Unité des Maladies Virales Emergentes

L’unité des Maladies Virales Emergentes (UMVE) du CIRMF étudie principalement les virus émergents responsables d’un syndrome de fièvre hémorragique. Ce champ thématique porte sur les virus qui induisent une fièvre hémorragique vraie tels que les filovirus (virus Ebola et Marburg) et la fièvre de Congo-Crimée, ainsi que ceux responsables d’un syndrome fébrile accompagné de polyarthralgie. Ces virus sont généralement transmis par des arthropodes vecteurs (arbovirus) et regroupent plusieurs familles virales telles les Flaviviridae (fièvre jaune, virus de la dengue, fièvre west-nile …), les Bunyaviridae (fièvre de la vallée du rift, …) et les Togaviridae (chikungunya, …). Pour tous ces virus, l’UMVE aborde les aspects virologiques, immunologiques et épidémiologiques.

HISTORIQUE


L’UMVE a travaillé sur Ebola dès 1996 lorsque le Gabon a été touché par une 2ième épidémie. Face à la multiplication des épidémies et à la demande du Ministère de la Santé du Gabon, le CIRMF a créé en 1999 une unité de recherche spécialement dédiée à cette maladie, l’UMVE des maladies virales émergentes. Constituée de 4 personnes dans un premier temps, l’UMVE comprend aujourd’hui 16 scientifiques. D’abord focalisée sur la fièvre Ebola, les activités se sont progressivement étendues à d’autres fièvres hémorragiques virales et aussi aux arboviroses sévissant en Afrique centrale. Afin de pouvoir manipuler les agents très pathogènes comme le virus Ebola, le CIRMF s’est équipé en 1998 d’une infrastructure P4 de type "boîte à gants". Ce laboratoire délimite une aire de travail qui permet de conduire les activités de diagnostic ainsi que certains travaux de recherche selon les normes de sécurité définies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

ORGANISATION


A ce jour, l’UMVE est organisée au sein d’un partenariat entre 4 institutions que sont le CIRMF et le Ministère de la Santé du Gabon d’un côté, l’Institut de Recherche pour le Développement et le Ministère des Affaires Etrangères de la France (coopération) de l’autre côté.

L'EQUIPE


L’Unité des Maladies Virales Emergentes comprend 20 personnes et est organisée au sein d’un partenariat entre trois Institutions :

Le CIRMF : 2 chercheurs, 4 doctorants, 2 étudiants en Master et 2 techniciens

L’IRD et le Ministère des Affaires Etrangères de la France : 5 chercheurs et 2 doctorants

Le Ministère de la Santé du Gabon : 1 médecin épidémiologiste.

 

Chef d’unité : Eric LEROY

HDR (Habilitation à Diriger les Recherches, Université paris 6, 2006

Docteur ès Sciences spécialité Immunologie (Université Paris 6, France, 2000), Docteur vétérinaire (Maisons-Alfort, France, 1993).

Chef de l’unité des maladies virales émergentes depuis 2001

Directeur de recherche à l’IRD dans l’UMR 224 (MIVEGEC), IRD/CNRS/UM1 (Montpellier)

Chercheurs

BECQUART Pierre

2007-

Chargé de Recherche, IRD (Dr Sc)

Responsable des programmes en immunologie

Activité principale: Immunité Ebola

Activité secondaire: Immunité Chikungunya/Dengue

GRARD

Gilda

2007-

Chargée de recherche, MAE (Dr Sc)

Responsable des programmes de virologie

Activité principale: Génomique Ebola

Activité secondaire: Recherche et caractérisation des arbovirus

NKOGHE Dieudonné

2007-

Médecin épidémiologiste du Ministère de la Santé du Gabon & CIRMF (MD)

Responsable des programmes d’épidémiologie

Activité principale: Epidémiologie des maladies virales émergentes

Activité secondaire: Appui à la lutte contre les épidémies

POURRUT Xavier

2005-

Chargé de Recherche, IRD (DVM,Dr Sc)

Responsable des programmes liés aux cycles naturels de virus

Activité principale: Cycle naturel des arbovirus

Activité secondaire: Cycle naturel des filovirus (Ebola, Marburg)

Doctorants

CARON

Mélanie

2009-

Doctorante CIRMF, 2ème année, Université Marseille (Diplôme EPHE)

Sujet de thèse: Recherche et caractérisation des arbovirus

KASSA KASSA Fabrice

2008-

Doctorant en médecine, Université des Sciences de la santé Libreville (MD)

Sujet de thèse: Identification et incidence des arbovirus au Gabon

LEKANA DOUKI

Sonia

2010-

Doctorante, 1ère année, Université de Montpellier 2

Sujet de thèse: Etiologie virales des syndromes respiratoires et diarrhéiques.

MAGANGA Gaël

2008-

Doctorant CIRMF, 2ème année, Université de Montpellier

Sujet de thèse: Recherche, identification et caractérisation de virus à ARN potentiellement pathogènes pour l’homme chez les populations de chauves‐souris d’Afrique tropicale forestière

MOSNIER Emilie

2010

Interne en médecine, faculté de médecine de Marseille (MD)

Sujet de thèse:

 

 

MVE ONDO Bertrand

2009-

Doctorant Université Cheik Anta Diop de Dakar, médecine vétérinaire, 2ème année

Sujet de thèse: Recherche, identification et caractérisation des virus hébergés chez les animaux sauvages

PETITDEMANGECaroline

2010-

Doctorante MRE, Paris 6, 1ère année

Sujet de thèse: Immunité Chikungunya

WAUQUIER

Nadia

2007-2010

Doctorante ANR, Paris 6, 4ième année

Sujet de thèse: Immunité Ebola

 

Masters

EBANG ELLA

Ghislain

2010

Master II, USTM

Activité principale: Recherche, identification et caractérisation de virus à ARN potentiellement pathogènes pour l’homme chez les populations de chauves‐souris d’Afrique tropicale forestière

MBOUI ONDO

Statiana

2009

Master II, Université Antilles-Guyane

Activité principale: Recherche, identification et caractérisation d’arbovirus pathogènes pour l’homme au Gabon

MONBO

Illich

2010

Master II, USTM

Activité principale: Recherche et caractérisation des arbovirus

 

Ingénieurs de recherche et techniciens de laboratoire

DELICAT André

Assistant ingénieur

ENGANDJA Philippe

Technicien

 

MOYENS


Apports financiers externes

L’UMVE a toujours pris soin de rechercher des financements extérieurs pour ses activités de recherche. Parmi les financements obtenus ces dernières années, citons principalement un financement de la communauté européenne, un financement fonds de solidarité prioritaire du Ministère des affaires étrangères de la France, un financement de l’agence nationale pour la recherche de la France, et des financements de la Fondation Albertine Amissa Bongo, de Total-Gabon et de l’IRD.

ACTIVITES


Travaux de recherche

Les travaux de recherche menés par l’UMVE ont contribué de manière significative à l’amélioration des connaissances sur les fièvres hémorragiques et ont abouti à plusieurs découvertes majeures.

• Contribution à la connaissance du virus Ebola : diagnostic, épidémiologie, cycle naturel, génomique et immunologie

• Diagnostic et mise en évidence des premières épidémies d’Ebola au Gabon et en République du Congo.

• Identification et caractérisation des souches virales responsables des épidémies du Gabon et du Congo entre 1996 et 2005.

• Mise au point du diagnostic par RT-PCR dans l’infection Ebola. Cette méthode est aujourd’hui une des méthodes de référence.

• Mise en évidence de personnes asymptomatiquement infectées par le virus Ebola. Caractérisation, de manière cinétique, de leur réponse immune. Détection d’une très forte réponse inflammatoire précoce qui jouerait un rôle primordial dans le blocage rapide de la réplication virale et donc dans l’absence de symptômes.

• Mise en évidence de phénomènes apoptogènes dans l’infection de l’homme par le virus Ebola. L’UMVE a montré pour la première fois la survenue de destruction massive par apoptose des lymphocytes T circulants chez les personnes qui succombent à l’infection.

• Identification et caractérisation de souches Ebola détectées chez les chimpanzés et les gorilles.

• Enquêtes de séroprévalence IgG chez plusieurs espèces animales: les chimpanzés, les gorilles et les chiens domestiques. L’UMVE est seule à avoir mis en évidence des prévalences élevées chez les populations naturelles de grands singes en Afrique centrale. L’UMVE est également seule à avoir montré que les chiens peuvent naturellement s’infecter par le virus Ebola et ne pas développer de maladie.

• Identification de certaines sources animales (carcasses de gorilles et de chimpanzés) de contamination de l’homme. L’UMVE a identifié pour la première fois les points de départ de certaines épidémies d’Ebola.

• Proposition et explication de l’apparition des épidémies chez l’homme et chez les grands singes : le concept de multi-émergence à partir des espèces animales réservoirs.

• Découverte du réservoir du virus Ebola et de celui du virus de Marburg, des chauves-souris frugivores. Enquêtes de séroprévalence chez les populations de chauves-souris.

• Mise en évidence de recombinaison génétique chez le virus Ebola. L’UMVE est seule à avoir montré l’existence de cet évènement évolutif très rare chez les virus à ARN négatif.

• Identification du réservoir du virus de Marburg et mise en évidence de la présence de ce virus au Gabon

• Premières identifications et caractérisations du virus chikungunya et du virus de la dengue au Gabon

• Mise en évidence d’une épidémie simultanée de chikungunya et de dengue en Afrique.

• Mise en évidence de personnes co-infectées par les virus chikungunya et dengue.

• Identification de l’implication du moustique Aedes albopictus comme vecteur principal des virus chikungunya et dengue lors d’une double épidémie.

• Mise en évidence du bacille de l’Anthrax chez des cadavres de chimpanzés et de gorilles en zone forestière d’Afrique centrale (Cameroun). C’est la 2ième fois que ce bacille a été isolé chez les grands singes

Action en santé publique et activités de diagnostic

L’UMVE mène des actions de santé publique et assure régulièrement des activités de diagnostic des maladies virales émergentes dans l’ensemble des pays de la sous-région d’Afrique centrale. Ces activités sont de trois types :

• Surveillance épidémiologique. L’UMVE a investigué des cas suspects de fièvre hémorragique provenant de différents pays de la sous-région (Gabon, Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Cameroun, Guinée Equatoriale, Angola).

• Couverture du diagnostic en période épidémique. L’UMVE a assuré la totalité du diagnostic lors des épidémies d’Ebola survenues entre 1996 et 2005. De même, j’ai été consultant OMS lors de la dernière épidémie d’Ebola au Congo-Kinshasa en 2007. Enfin, l’UMVE a également assuré la totalité du diagnostic au cours des épidémies de chikungunya et de dengue survenues au Gabon en 2007 et en 2008.

• Surveillance des mortalités animales. L’UMVE assure le diagnostic de toute mortalité animale survenant dans les pays d’Afrique centrale.

• Développement de nouvelles méthodes de diagnostic de l'infection Ebola en collaboration avec l’OMS.

• Participation à la riposte internationale mise en place contre chacune des épidémies d’Ebola survenues entre 1996 et 2007, et à la riposte nationale contre les épidémies de chikungunya et de dengue au Gabon en 2007 et 2008.

FORMATION


Formation de chercheurs gabonais

L’UMVE accueille à temps plein 6 thèses de sciences, 2 thèses en médecine,1 thèse en médecine vétérinaire, 3 masters et de multiples stagiaires de courte durée dans le domaine des maladies émergentes.

COLLABORATIONS


Investigateur principal dans de nombreux programmes de recherche, l’UMVE a néanmoins tissé un véritable réseau de collaborations nationales et internationales. Au niveau national, l’UMVE collabore avec le département de virologie de la faculté de médecine de Libreville. Au niveau sous-régional, l’UMVE a noué des liens institutionnels et mène des actions de recherche commune avec le Centre Pasteur du Cameroun, l’Institut National de Recherches Biomédicales à Kinshasa en République Démocratique du Congo, le laboratoire national de Brazzaville en République du Congo et l’Institut Pasteur de Bangui en République Centrafricaine. Enfin, au niveau international, l’UMVE collabore étroitement avec la ‘Special Pathogen Unit’ du ‘National Institute for Communicable Diseases’ de Johannesburg en Afrique du Sud, le laboratoire P4 Marcel Mérieux de Lyon et les unités de l’Institut Pasteur et de l’INSERM qui y sont associées, et la ‘Special pathogen Branch’ du ‘Centres for Disease Control and Prevention’ aux USA.

Les activités de diagnostic sont réalisées de concert et à la demande de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des autorités des pays touchés.

RECONNAISSANCE INTERNATIONALE


Au cours de ses 10 années d’existence, l’UMVE a pu acquérir une reconnaissance nationale et internationale indéniable qui se manifeste de plusieurs manières :

• Hormis celui existant en Afrique du Sud, l’UMVE détient le seul laboratoire à haute sécurité en Afrique habilité à manipuler des virus hautement pathogènes.

• L’UMVE abrite une plateforme technique, moderne et performante, capable d’assurer le diagnostic de la plupart des fièvres hémorragiques virales et des arboviroses susceptibles de sévir en Afrique centrale.

• L’UMVE est partenaire de l’OMS pour le diagnostic des fièvres hémorragiques virales en Afrique centrale, partenaire OMS pour l’investigation des mortalités animales en Afrique centrale, et centre national de référence pour le diagnostic des FHV et des arboviroses.

• L’UMVE a acquis une notoriété internationale dans le domaine de la recherche sur les maladies virales émergentes et plus précisément celui des fièvres hémorragiques virales. Cette notoriété s’est construite grâce aux publications dans des journaux à facteur d’impact très élevé, et s’est concrétisée par l’organisation du 4ième congrès international sur les virus et Ebola et Marburg à Libreville en mars 2008 qui a rassemblé la grande majorité des spécialistes des filovirus du monde entier.

ORGANISATION FONCTIONNELLE


L’organisation fonctionnelle de l’unité se présente comme indiqué dans le schéma ci-dessous :